Skip to content Skip to footer

Il existe une loi en Israël qui oblige l’armée à laisser un nouvel immigrant s’intégrer avant de le convoquer pour le tsav rishon. Cette période d’intégration peut aller de 8 mois à 12 mois ou peut être plus dans certains cas.

Prenons l’exemple classique de quelqu’un qui fait la alyah à 18 ans, il ne recevra pas de convocation au tsav rishon jusqu’à ses 19 ans. S’ensuivra ensuite d’autres entretiens avec l’armée qui peuvent retarder la procédure et il est possible que ce nouvel immigrant s’engage aux alentours de ses 20 ans.

Il est possible d’annuler cette année d’intégration et de pouvoir avancer son entrée à l’armée. Cependant il faut prendre en compte qu’une telle décision peut avoir une influence sur le reste du service militaire et beaucoup de nouveaux immigrants ont tendance à négliger cette partie.

“Quelle influence ? Pourquoi perdre du temps à attendre l’entrée à l’armée ? Mon fils ne va pas finir l’armée à 23 ans quand même ?”

 

Ce raisonnement est classique chez les nouveaux immigrants. Lorsqu’un jeune résidant en France finit son master, le jeune israélien finit son service militaire, ou au mieux aura effectué une année d’études (dans le cas où il n’a pas décidé de partir faire un voyage…).

Cependant plus l’ancienneté d’un nouvel immigrant augmente, plus il aura de chance d’accéder à de meilleures unités ! Inversement, un nouvel immigrant qui décide d’avancer les démarches n’aura pas la possibilité de faire des tests supplémentaires pour accéder à certaines unités. Les israéliens effectuent leurs entretiens avec l’armée sur une période de deux ans (16-18). Un nouvel immigrant qui décide de les faire sur une période d’un an uniquement n’aura donc logiquement pas le temps de recevoir des tests pour différentes unités, sans oublier qu’il ne sera pas assez de temps en Israël pour avoir accès à certaines unités (Renseignements, communication…). 

Ainsi donc, c’est une décision à ne pas prendre à la légère. Cette année « blanche » est en fait une année d’intégration, donc le futur soldat peut développer son hébreu, ses aptitudes physiques et mentales, ou alors travailler. Les solutions ne manquent pas, encore faut-il se projeter dans la société israélienne et ne pas rester dans son cocon francophone.

 

Futur/e soldat/e

 Vous souhaitez/êtes obliger de servir dans les rangs de Tsahal ?

Remplissez ce formulaire pour recevoir des conseils tout au long de votre processus d'incorporation.  Afin de faciliter la lecture du présent texte, nous avons employé le masculin comme genre neutre pour désigner aussi bien les femmes que les hommes.