Skip to content Skip to footer

Depuis quelques années le nombre de filles qui s’engagent dans les rangs de Tsahal a considérablement augmenté.
Pour beaucoup de parents d’olim c’est un grand dilemme : “ma fille doit-elle faire l’armée ou le chirout leumi ?”.
Sans rentrer dans les détails sur le fait d’obtenir une dispense de service militaire et d’effectuer un chirout leumi comme service national, voici quelques points qui pourront éclairer les parents ainsi que les jeunes filles qui hésitent à faire l’armée. 

On entend souvent dire que l’armée n’est pas adaptée à la gent féminine, que celle-ci peut y perdre de sa féminité, qu’elle deviendra moins religieuse, et même que ce n’est pas intéressant au niveau des unités.
Détrompez-vous.

Tout d’abord, plus de 90% des postes sont accessibles aux filles et il existe même certains postes (dans l’éducation pour la plupart) qui sont accessibles uniquement à la gent féminine !
Effectuer son service militaire, ce n’est pas devenir plus viril, ce n’est pas courir et tremper dans la boue. C’est avant tout effectuer un service national et donner de sa personne pour l’État d’Israël.
Dans Tsahal, il existe trois types de postes : combattants, soutien aux combattants et non combattant, sachant que pour devenir combattante, les futures soldates ont l’obligation de signer pour une période de 32 mois (excepté les volontaires du programme Mahal). Il est important de noter qu’une fille n’est pas obligée de servir en tant que combattante !

 

“Très bien, mais j’ai peur que ma fille devienne moins religieuse

 

Tsahal respecte toutes les religions. Chaque opération ou autres activités pendant chabbat est autorisée par un rabbin militaire, la plupart du temps car c’est une question de défense de l’État.
Autrement dit, le chabbat peut être respecté, tout comme la cacherout (un soldat est puni dans le cas où de la nourriture non casher est introduit dans une base militaire).
Pour tout le reste, cela va dépendre de la soldate en question, de sa foi et de ses choix. Évidemment que l’environnement peut avoir de l’influence et dans le cas où l’entourage n’est pas religieux alors c’est à ce moment que la foi de la soldate est mise à l’épreuve.

Finalement, il est normal pour un parent d’avoir des craintes vis-à-vis de l’armée. Il est d’autant plus normal pour une jeune d’appréhender ce choix et d’hésiter.
Il existera toujours des filles qui ont fini leur service militaire et qui sont devenues moins religieuses, tout comme il existe des filles en quoi l’armée a renforcé leurs convictions et croyances dans la religion : nous sommes en Israël, le pays où tout est possible et spécialement à l’armée !
Pour conclure, qu’une jeune fille décide d’effectuer un chirout leumi ou un service militaire : les deux sont des actes forts pour le pays, et malgré le fait que ce ne soit pas une décision facile à prendre, cela reste un choix personnel qui doit être réfléchi car une fois lancé il n’y a plus de retour en arrière.




Tsahal Connection © . Tous droits réservés

Futur/e soldat/e

 Vous souhaitez/êtes obliger de servir dans les rangs de Tsahal ?

Remplissez ce formulaire pour recevoir des conseils tout au long de votre processus d'incorporation.  Afin de faciliter la lecture du présent texte, nous avons employé le masculin comme genre neutre pour désigner aussi bien les femmes que les hommes.