Skip to content Skip to footer

Depuis quelques années, l’unité de la police aux frontières “Magav” est celle qui est la plus demandée par les futurs soldats. Les francophones n’échappent pas aux règles et les différentes attaques terroristes à Jérusalem et dans ses environs ne font qu’augmenter leurs envies d’intégrer cette unité.
Plus généralement, les francophones sont très attirés par les unités combattantes.
On peut comprendre ce phénomène par les différentes attaques terroristes sur le sol français (Toulouse, Hypercasher, Ilan Halimi…) qui peuvent faire naître un sentiment de révolte chez les jeunes francophones.

Malgré tout, être combattant n’est pas donné à tout le monde.

Théoriquement parlant, un garçon qui possède un profil médical jugé compatible avec les unités combattantes a de forte chance de s’engager dans une unité combattante. Cependant s’engager dans une unité combattante et terminer son service dans cette unité sont deux choses différentes.

Tout d’abord, être combattant c’est savoir encaisser sans réagir. C’est être discipliné car la moindre erreur sur le terrain peut avoir d’énormes conséquences. C’est physiquement difficile mais surtout mentalement. C’est prendre des décisions et les assumer pleinement, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.
Pour les filles, être combattant indique aussi qu’il faut faire un service similaire aux garçons (deux ans et huit mois pour les nouvelles immigrantes, 18 mois pour les soldats de Mahal). C’est supporter la pression et les moqueries de certains organismes qui considèrent que combattant et femmes sont deux mots incompatibles.

 

“Hakol baroch” (tout est dans la tête)”

 

Un combattant doit être extrêmement solide dans sa tête. Pas parce qu’il va devoir gravir des montagnes sans en voir le sommet, ni parce qu’il devra ramper jusqu’à s’évanouir. Non, car la pression est constante, les journées sont sans fin, les nuits sont longues, les heures de sommeil se comptent sur les doigts d’une main.
Le minimum requis pour devenir combattant (hormis le profil médical nécessaire) est d’avoir un mental d’acier. Le combattant sera confronté à de nombreuses difficultés, mais s’il garde en tête pourquoi il a souhaité devenir combattant et que ses convictions sont fortes, alors il gardera toujours la tête haute et son service militaire devrait se passer correctement.

Futur/e soldat/e

 Vous souhaitez/êtes obliger de servir dans les rangs de Tsahal ?

Remplissez ce formulaire pour recevoir des conseils tout au long de votre processus d'incorporation.  Afin de faciliter la lecture du présent texte, nous avons employé le masculin comme genre neutre pour désigner aussi bien les femmes que les hommes.